Le ruisseau

Le ruisseau

 

Mes sens au petit matin s’éveillent,

La rosée sur l’herbe du pré, perle au soleil

Dans cette campagne chère à mon enfance,

Une douce journée pour moi commence…

 

Mes souvenirs guident mes pas vers le ruisseau,

J’aperçois  sur ses bords alignés,  les beaux ormeaux,

Que d’images soudain, reviennent  à ma mémoire,

Les rires et les jeux, les bêtes buvant  à l’abreuvoir…

 

Sur les cailloux qui tapissent son lit,

J’entends le joyeux clapotis de l'eau qui bondit !

Je quitte mes souliers pour courir plus vite,

Je n’y tiens plus, Je réponds à  son invite…

 

Assise sur une pierre, par la mousse adoucie,

Mes pieds dans le courant, j’oublie mes soucis,

Et me laisse aller, la tête renversée, Le col ouvert,

Goûtant avec délice, à  la caresse de la brise légère…

 

Qu’il est loin aujourd’hui ce temps béni

Celui de l’insouciance et des rêves à l’infini…

Je rêvais de voyages, d’autres paysages…

De la dureté de la réalité, je n’ai pas fait l’apprentissage…

 

Près de mon ruisseau, mon cœur retrouve la paix

Peu à peu, s’efface le tumulte de la vie et ses discordances

Derrière moi, je laisse à d’autres les rênes et le harnais

Une douce journée pour moi  commence…

 

Françoise-Michèle

Juillet 2008

 

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site