Tu dors...

Ta poitrine, doucement, se soulève,
Qui t'accompagne dans tes rêves ?
J'ai envie de te toucher, de te caresser
Mais, je n'ose bouger...

Tu dors, et je te regarde...

Ton jeune corps musclé, allongé
Sur la couche de draps froissés,
Tu ressembles, mon bel amant
A un dieu de marbre blanc

Tu dors, et je te regarde...

Ta peau douce, légèrement salée,
De ma bouche est à la portée...
Un sourire sur tes lèvres est posé,
Tendrement, Je les éfleure d'un baiser...

Tu t'éveilles et tu me regardes...

Françoise-Michèle
Septembre 2007

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site