CHATOUNE

Chatoune


Un jour, par hasard, une annonce dans les gratuits, j'ai lue.
Tes propriétaires se quittaient et de toi ne voulaient plus.
Esseulée, un trop plein d'amour en mon cœur, à partager,
Aussitôt, sans plus d'interrogation, le numéro j'ai composé...
C'est comme ça que dans ma vie, tu es arrivée ma princesse,
Dans les bras de Julien, un doux refuge tu as trouvé.
En fanfare, tu as été accueillie par toute la maisonnée
Dans un premier temps, de tout le monde tu t'es méfié
Puis comprenant, que pour toi il n'y avait pas de danger
De la crainte et de la peur tu t'es enfin libérée !
Ta force tranquille de chatte persane, et ton regard doré
Découragent et maintiennent à distance les intrus,
Dans la hiérarchie animale, de Princesse tu as gagné le statut
Il ne faut pas oublier que sous tes airs de peluche ramollie
Ce cache, un félin prédateur qui tout d'un coup bondit
Ta nonchalance, n'est qu'une feinte, tu es comme du vif argent
Dès que l'on pense pouvoir te prendre, tu files comme le vent !
Le matin ou le soir, à l'heure des câlins et des caresses
Prés de nous, tu viens et sans compter tu nous donnes ta tendresse
Les pattes serrées autour de mon cou, le nez au creux de mon oreille
La main dans ton épaisse fourrure, j'entends ton doux bruit à nul autre pareil

 

Françoise-Michèle
Septembre 2007

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site