La Minette dépitée

La Minette dépitée

Tu es là postée sur le rebord de la fenêtre.
Du coin de l’œil, Je t’observe, je te guette
Tu crois que je ne te vois pas peut-être ?
Maline féline, ma belle et rusée minette !
Les moustaches en avant, les pupilles dilatées
D’un rouge gorge, tu te prépares à festoyer !

Prêt à bondir, ton corps tout entier frémit
Aux oiseaux, tu fais la chasse sans merci.
Mais cette fois tu ne seras pas vainqueur
Je suis là, et je ne ferais pas ton bonheur !
D’un coup sec, je frappe dans mes mains,
Le passereau s’envole, ce sera pour demain !

Tu sursautes et me lances un regard outragé,
Ton observatoire abandonnes et t’en vas dépitée.
Un frisson parcoure ton échine, ta queue bat l’air
Devant moi tu passes, nonchalante et fière,
Tu traverses la pièce, sur un fauteuil t’installes,
Les yeux mi-clos, déjà tu rêves à un autre régal

Françoise-Michèle
Avril 2008

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site