le SED

Le S E D

La douleur, mon corps tout entier, a envahi !
Insouciante et sans méfiance, j'ai laissé la maladie
Me voler mon énergie, mon sourire et ma joie de vivre !
Désormais, d'antalgiques et de calmants je m'enivre

Aujourd'hui, je me suis résolue à paraître ce que je suis devenue
Pour pouvoir dire simplement, sans manière combien j'ai mal,
Afin qu'on me reconnaisse comme une femme banale
Avec son besoin d'attentions pour ce corps tout moulu...

Où donc est passée, la femme insoumise, la révoltée,
Toujours prête à défendre les causes perdues ?
Oui, celle à qui constamment de l'aide demandiez !
Elle est toujours là mais vous ne la voyez jamais plus !

Ai-je encore la volonté et surtout la force de combattre ?
Dois-je sans lutter, doucement me laisser abattre ...
Ainsi évidemment ce serait plus simple, terminé les souffrances
Puisqu'incurable est mon mal, et que de guérir, je n'ai point d'espérance !

Françoise-Michèle Oignet
Septembre 2007

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site